Technologie impression 3D : Est-ce qu’elle est écologique ?

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux Merci!! 💓

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Un nouvel article pour vous faire découvrir l'univers de l'impression 3D :)
technologie impression 3d

Est-ce que la technologie impression 3D est écologique pour l’environnement?

 

Quelles sont les principales sources d’émission des gaz à effet de serre qui entraînent le réchauffement climatique ?

 

Bah oui je commence cet article par une question, mais ce n’est pas un examen. Ne cherchez pas trop loin la réponse, je vais vous aider hihi.

 

On parle bien souvent des activités industrielles et de la production d’énergie comme source de méchante pollution… Pour corriger le tir, les législations environnementales s’enchaînent. Eh oui !! Ils essaient de trouver une solution. Mais, faut se l’avouer, bien souvent, elles sont peu respectées.

 

Oui, mais que vient faire l’impression 3D dans tout ça vous allez me demander ? Patience,  on en parle tout de suite.

 

L’impression 3D fait partie des procédés de fabrication qui se veulent plus respectueux de l’environnement. Mais, est-ce qu’elle l’est vraiment ?

 

Est-ce que mon boulot fait de moi un gentil citoyen « green » ? C’est ce que je vous invite à découvrir dans cet article…

 

technologie impression 3d

 

C’est prouvé, la technologie d’impression 3D permet de réduire les déchets

 

Pour concevoir la majorité des objets que nous utilisons aujourd’hui, ce sont les principes de la fabrication soustractive qui sont utilisés.

 

La fabrication quoi ?? Je vous ai entendu tous penser fort fort hihi

 

Dequessé la fabrication soustractive Dominique ??

 

Je vous explique… On polit les matières premières, et par l’usinage des matières brutes, on obtient des produits finis utiles. En gros on prend un gros morceau d’un matériau et on enlève tout ce qui n’est pas nécessaire. Mais, il y a une grosse ombre sur le tableau. Vous l’avez deviné ?

 

Du coup, avec les méthodes de fabrication classiques comme la fabrication soustractive, les usines produisent beaucoup de déchets, et des copeaux souvent inutiles. On ne sait souvent pas trop quoi faire de ce qui reste quand on a fini une pièce…

 

Dans mon métier, qui est la fabrication additive en 3D, je n’utilise que la matière qui compose le produit final. Je ne jette pas… j’ajoute !! 😊

Comment ça fonctionne ? Vous voulez savoir…

 

Concrètement, le produit fabriqué est obtenu par superpositions successives de fines couches d’une ou de plusieurs matières premières. On fait un gros hamburger de matériaux ou un serpentin qui s’enroule sur lui-même jusqu’à nous donner une super pièce en 3D.

 

Pendant la production, il n’y a donc pas de chutes de copeaux inutiles ou de déchets. Ainsi, la quantité de matière que l’on utilise est équivalente au poids de l’objet fabriqué. Tadam !! L’impression 3D est donc une technologie verte, éco-friendly, qui aide à réduire les déchets. Eh oui je suis monsieur super Green !!

 

De plus, si l’on choisit minutieusement la matière première utilisée, on contribue mieux au développement durable. Et je peux vous dire que chez TH Industries on est très soucieux de vous proposer les meilleurs matériaux.

 

Aujourd’hui, il est par exemple possible de réutiliser les déchets plastiques qui inondent les océans pour fabriquer de nouveaux objets en utilisant l’impression en 3D. Génial n’est-ce pas ??!!

 

Je suis presque sûr que vous en avez déjà entendu parler. Les déchets souvent collectés à cette fin sont :

  • Les bouteilles d’eau ;
  • Les vaisselles en plastique ;
  • Les emballages alimentaires ;
  • Les plastiques automobiles…

 

De plus, certains imprimeurs 3D comme TH Industries (nous avons vraiment la fibre écolo ) utilisent également le PLA comme matière première. C’est une matière plastique d’origine végétale qui est biodégradable. Cela permet de réduire dans la mesure du possible l’utilisation des plastiques peu écologiques.

 

L’upcycling, un atout non-négligeable de l’impression 3D

 

Brrr, encore un gros mot incompréhensible ?  Non !

 

L’upcycling n’est rien d’autre que le terme anglais qui désigne le rallongement de la durée de vie des produits. On utilise l’impression 3D pour donner une nouvelle vie aux objets que l’on aurait normalement jetés ou pour les transformer.

 

Grâce à la fabrication additive, on peut donc facilement réparer un objet hors d’usage. Il suffit de faire appel à un imprimeur 3d en ligne pour produire la pièce ou les pièces cassées et tada ! Le tour est joué ! C’est tu pas génial ça ?? 😊

 

Face à l’obsolescence programmée (vous savez quand les produits qu’on achète ont déjà prévu de nous lâcher entre les mains à une date prévue bientôt) que beaucoup de firmes industrielles mettent en place, l’impression 3D se présente alors comme un véritable pied de nez.

 

Elle représente d’ailleurs un réel atout pour les entreprises écoresponsables qui veulent avoir une image positive auprès du public. Et c’est sûr que la vôtre en fait partie, n’est-ce pas ? 😉

 

L’accessibilité des technologies d’impression 3D rend la fabrication additive plus écolo

 

C’est vrai, la fabrication additive était autrefois très mal connue. Mais depuis trente ans on a fait du chemin et de nombreux fabricants préfèrent l’utiliser.

 

La raison est simple : c’est une solution qui permet de réduire radicalement les cycles de production traditionnels. Et ce n’est pas de la magie, c’est juste un avantage de la technologie (je joue bien sur les mots ? hihi ).

 

Une entreprise n’a plus forcément besoin par exemple de commander à travers le monde les diverses pièces nécessaires à la fabrication d’un produit. Je peux tout lui fabriquer sur mes super machines imprimantes 3D !!

 

Pour bien faire les choses, il suffira de se servir d’un logiciel CAO pour concevoir les pièces voulues. (Logiciel qu’on utilise dans mon atelier d’impression 3D à Anger).

 

On peut aussi avoir des modèles 3D de diverses pièces et accessoires. C’est en se basant sur le fichier numérique 3d d’un objet qu’on le fabrique. Un peu comme le patron qu’utilisent les couturiers… je fais de la couture sur plastique et autres matériaux.

 

Pour certains produits, les modèles numériques sont même disponibles en open source et gratuitement. Je vous vois jubiler déjà et vous avez raison ! Il vous suffit de télécharger ces modèles et vous pouvez alors lancer la commande chez un imprimeur 3D en ligne (nous on le fait pour vous !!).

 

Imaginez un instant que tous les produits puissent être fabriqués grâce à l’impression 3D. Les usines manufacturières mettraient les clés sous la porte. Mais allez-y doucement . On en est encore loin ! Cependant, la technologie avance à grands pas.

 

Qu’en est-il des fumées nocives émises pendant l’impression 3D ?

 

Vous vous attendiez sûrement à ce que cet aspect de la chose soit éludé en douce. Mais non ! Nous allons en parler en toute transparence.

 

Il est vrai que pour obtenir les filaments nécessaires à la fabrication des objets, il faut chauffer une matière première. Durant le processus, certaines matières plastiques utilisées émettent des composés organiques volatiles (COV). Ce sont des gaz nocifs pour l’homme.

 

L’utilisation du plastique ABS n’est pas par exemple bien vu par tout le monde, parce que des particules toxiques peuvent être émises après son chauffage.

 

Mais, rassurez-vous. L’émission de ces particules très fines varie en fonction des matériaux utilisés. De plus, le risque est réduit lorsqu’on se sert d’une imprimante 3D à enceinte fermée.

 

Enfin, les imprimeurs 3D professionnels comme TH Industries aèrent les pièces où les imprimantes 3D sont amenées à fonctionner fréquemment. On ne va pas laisser suffoquer notre équipe et on se rappelle je suis monsieur Green. 😉

 

Et en ce qui concerne la consommation énergétique, est-ce que la technologie d’impression 3D gagne le match ?

 

Je ne vais pas vous mentir, la technologie d’impression 3d peut être vraiment énergivore. C’est qu’elles sont gourmandes ces p’tites machines…

 

D’abord, la machine doit mettre du temps pour fondre le matériau par le laser ou la chaleur par exemple. Cela demande beaucoup d’énergie. Le processus peut être aussi très chronophage selon le nombre d’articles qu’il faut fabriquer en série.

 

Cependant, n’oubliez pas que la fabrication additive est un procédé en constante évolution. Au fur et à mesure que la technologie se développe, la vitesse de fabrication augmente. En conséquence, la consommation énergétique est réduite sur les nouvelles générations d’appareils.

 

De plus, certains imprimeurs mettent le paquet pour réduire au plus bas leur empreinte écologique dès maintenant. Pour ce faire, ils misent davantage sur la production de petites séries, à la demande, près de la zone de consommation (comme le fait TH Industries, votre imprimeur 3D à Angers).

 

La production à la demande permet de limiter les stocks. Ainsi, il n’y a plus besoin de recourir à un entrepôt énergivore pour y disposer plein de produits. Enfin, certains prestataires utilisent en parallèle l’énergie renouvelable des panneaux solaires ou des éoliennes pour leurs activités.

 

L’impact indirect de la fabrication additive sur l’environnement

 

J’ai encore d’autres arguments pour vous montrer que l’impression 3D est écologique, si l’on s’y prend de la bonne manière et qu’on est les gentils de l’industrie…

 

Avec la fabrication additive, les concepteurs ont une grande liberté d’expression de leur créativité et ils peuvent augmenter le rendement des pièces qui participent au fonctionnement de certaines machines.

 

Par exemple, on réussit efficacement à optimiser la géométrie des objets afin de les rendre plus légers et plus compacts, sans pour autant sacrifier la qualité des produits finaux. Quel est l’intérêt pour l’environnement dans tout ça ? hihi,  ne vous impatientez pas, je vous le dis tout de suite.

 

Rendre plus légères les pièces dans l’industrie aéronautique et spatiale est une contribution écoresponsable aux efforts pour la préservation de l’environnement.

D’après les estimations, il suffit de soustraire 1 kg à chacun des 600 avions d’une flotte commerciale d’avions à réaction pour économiser près de 90 000 litres de carburant chaque année. Waouh ! C’est énorme, me direz-vous !!! Et je suis complètement d’accord.

 

Avec cela, il serait possible d’éviter l’émission d’environ 230 tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Imaginez qu’on généralise ça aux milliers d’avions qui circulent dans les air chaque jour !

 

Les fabricants automobiles peuvent également tirer profit de la diminution du poids des composants des véhicules. Beaucoup de voitures embarquent une pompe à injection. Réduire la masse de cette dernière par la fabrication additive est une démarche écolo.

 

Selon une expérience, une pompe à injection plus légère réduit la consommation en carburant du véhicule qui l’embarque.

 

Ce sont les grands groupes pétroliers qui ne seront pas content.   Mais, avouez que ça fera du bien à l’environnement et à nos poches également (nous en ferons des économies).

 

Voici un troisième exemple. Eh oui ! Je vous avais dit que j’ai plein d’arguments pour vous convaincre.

 

On peut construire des maisons grâce aux robots grâce à la technologie d’impression 3d. Les habitations sont construites en quelques heures seulement. Il faut mobiliser pour une construction classique de nombreuses machines, beaucoup d’ouvriers et plusieurs semaines ou mois avant de voir la fin du chantier.

 

Tout cela a un impact environnemental qu’on ne peut occulter. Mais avec un robot imprimante 3D, on peut réduire les coûts et l’empreinte écologique d’un projet de construction. De plus, l’isolation thermique des maisons ainsi construites est très optimisée. Voilà un geste écologique qui ne peut qu’émerveiller mère Nature.

 

En tout, que faut-il retenir de la technologie d’impression 3D ?

 

Que je suis un super héros !! 😉 Bah oui un peu quand même ! Mais surtout que l’impression 3D a tous les atouts nécessaires pour accompagner l’humanité dans ses efforts pour le développement durable.

 

Elle révolutionne l’industrie et les processus en entreprise, tout en réduisant l’empreinte écologique des activités humaines. Grâce à cette technologie, il est possible de réduire la production des déchets, de rallonger la durée de vie des produits et de contrecarrer l’obsolescence programmée de certains appareils. Même si l’empreinte écologique de certaines imprimantes 3D reste encore élevée, les améliorations en cours sont prometteuses.

 

Maintenant que vous savez que la fabrication additive peut bel et bien s’inscrire dans une démarche écoresponsable, n’attendez plus pour contacter TH Industries et nous parler de votre projet. Un accompagnement sur mesure vous est offert pour que l’impression 3D puisse être au service de la croissance de votre entreprise.

 

Si vous voulez en savoir plus sur l’impression 3D voici un autre blog tout aussi intéressant : Ingénierie – Impression 3D, quel est son impact dans ce domaine ?

Laissez nous votre commentaire

Merci pour votre visite

Notre mission… vous proposer la conception réalisation de pièces techniques résistantes et fonctionnelles en impression 3D. 

Continuez la lecture...

Suivez-nous sur Facebook

Découvrez nos vidéos

Inscription à notre infolettre